avachir


avachir

avachir [ avaʃir ] v. tr. <conjug. : 2>
• 1395; frq. °vaikjan « amollir », avec infl. de vache
1Rare Rendre mou, flasque. amollir, déformer, ramollir. (Compl. personne) Rendre mou, veule; priver de son énergie. Absolt L'inaction avachit.
2Cour. S'AVACHIR v. pron. Devenir mou, flasque. s'affaisser, s'aplatir, se déformer. Ces souliers commencent à s'avachir. (Personnes) Fam. Se laisser aller physiquement et moralement. « Il faut être jeune et vert. Il ne faut pas se laisser avachir » (Duhamel).
⊗ CONTR. Affermir, durcir, raffermir, raidir.

avachir verbe transitif (francique waikjan, rendre mou, avec influence de vache) Déformer quelque chose en l'élargissant, en le rendant mou, flasque : Avachir ses poches en les bourrant. Faire perdre toute énergie, tout dynamisme à quelqu'un ; amollir : L'inaction l'avait avachi.avachir (synonymes) verbe transitif (francique waikjan, rendre mou, avec influence de vache) Faire perdre toute énergie, tout dynamisme à quelqu'un ; amollir
Synonymes :
Contraires :

avachir
v.
d1./d v. tr. Amollir ou déformer.
Pp. adj. Des chaussures avachies.
|| (S. comp.) Rendre incapable d'effort.
Pp. adj. Il est avachi par l'oisiveté.
d2./d v. Pron. (Choses) Se déformer. Vêtement qui s'avachit.
|| (Personnes) Se laisser aller. S'avachir sur un lit.

⇒AVACHIR, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— [Le compl. désigne un obj. concr.] Rendre lâche, mou, sans vigueur :
1. Tant pis, fit-il [Durtal], je vais me débarrasser de la bouteille de chartreuse en la fourrant dans mes trousses; la maman Bavoil en sera quitte pour gémir et me reprocher, une fois de plus, d'avachir les poches de mon pardessus.
HUYSMANS, L'Oblat, t. 1, 1903, p. 181.
B.— Au fig. Avachir qqn. Le rendre mou, lui faire perdre son énergie et sa vigueur :
2. ... mon père haussait le ton et s'adressait non seulement à nous, les enfants, mais à la foule des hommes pour une prédication vigoureuse. — Il faut être jeune et vert. Il ne faut pas se laisser avachir. Quand on est vieux, il est impossible de redevenir jeune. Règle absolue : ne pas se laisser vieillir.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 54.
Emploi abs. [Le suj. désigne un état, un sentiment] Rendre mou, flasque; faire perdre son énergie, sa volonté, son entrain à... L'inaction avachit (ROB.).
II.— Emploi pronom. (le plus fréq.)
A.— Littér. [Le suj. est un inanimé concr. et désigne partic. des étoffes, des cuirs qui perdent leur fraîcheur et leur fermeté] S'élargir, se déformer. Cet habit commence à s'avachir (Ac. 1798-1932, GUÉRIN 1892) :
3. ... ces vêtements qui (...) ne s'avachissent pas comme la défroque des pékins nus...
A. ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 50.
P. anal., pop. ou fam. [En parlant de pers. et notamment de femmes déformées par l'embonpoint] Sa taille s'avachit (Ac. 1932) :
4. Laurent s'affaissa, devint mou, plus lâche et plus prudent que jamais. Il engraissa et s'avachit.
ZOLA, Thérèse Raquin, 1867, p. 99.
5. Je l'ai rencontrée [Xénia] trente ans plus tard (...) et si elle s'était un peu avachie depuis le temps, elle avait toujours ses yeux pervers et sa voix roucoulante, cette voix chaleureuse des femmes russes qui semble monter du plus profond de leur chair intime...
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 69.
Spéc., HORTIC. [En parlant des branches d'arbres dont l'extrémité est pendante] Les branches de cet oranger s'avachissent (Lar. 19e reprenant Trév.).
Rem. Attesté ds BESCH. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.
B.— Au fig.
1. [Avec une attitude physique, un comportement trahissant la mollesse] S'affaisser, s'affaler :
6. Les cris de Margot commençaient, d'ailleurs, à s'étouffer dans une espèce de halètement rauque et, (...) je me levai à mon tour du petit canapé, où je m'avachissais un peu étourdi, surtout écœuré par toute cette scène, ...
J. LORRAIN, Sensations et souvenirs, 1895, p. 34.
2. Péj. [En parlant d'une attitude d'esprit, d'une attitude morale] Devenir mou, perdre sa vigueur et son entrain :
7. Lorsque l'avenir est sans espoir, le présent prend une amertume ignoble. Laurent n'avait plus de révolte, il s'avachissait, il s'abandonnait au néant qui s'emparait déjà de son être. L'oisiveté le tuait.
ZOLA, Thérèse Raquin, 1867, p. 211.
PRONONC. :[], j(e m)'avachis [].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1395 « se déformer par la distension et le relâchement des tissus (en parlant des personnes) » (CHR. DE PISAN, Police, Ars. 2681, V ds GDF. Compl. : Que aucunesfois il exercite son corps a aucun labour et travail en aucuns jeux... a celle fin qu'il ne s'avachise trop et deviengne pesant), réputé ,,bas`` dep. 1679, Barbarous French ds BRUNOT t. 4, p. 614; 1690 (en parlant des choses) (FUR.); spéc. av. 1687 hortic. (LA QUINTINYE, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, Desbordes, 1697, 3e éd., t. 1, Explication des termes du jardinage, p. 51); 2. 1539 fig. « perdre son énergie, sa vigueur » (EST. : Avachir. Quand le langage d'aucung s'avachist et devient lasche); 1548 « rendre lâche, priver de son énergie, de son entrain » (LA BOÉTIE, De la Servitude volontaire ds Dict. hist. Ac. fr., p. 561a).
Orig. douteuse. Malgré l'absence du mot dans la zone de diffusion de la lang. franque, l'hyp. la plus probable est celle d'un étymon frq. waikjan (a. h. all. weihjan « amollir ») appuyé par l'existence du fribourgeois (Gruyère) agwètchi (Pat. Suisse rom. t. 2, p. 125a) et proposé par DIEZ5, Tappolet ds Pat. Suisse rom., loc. cit., GAM. Rom.2 t. 2, p. 360 et EWFS2, Dauzat ds Fr. mod. t. 12, p. 172. L'apparition relativement tardive du mot dans la lang. littér. peut s'expliquer par son caractère rustique, cf. franco-prov. avezi, avazi « préparer le pis de la vache avant de traire (l'amollir, l'assouplir) » ds DUR., v cependant ne semble explicable que par l'influence de vache (infra); l'explication par l'intermédiaire de formes en -w- en bordure de la frontière linguistique germ. semble moins probable : en effet la forme agwètchi, avec passage du w germ. à gw au lieu de w, est isolée; le liégeois awatchi (HAUST) est peut-être une graphie inverse, cf. Sud des Vosges wasé « vacher » (FEW t. 14, p. 100a) où w correspond au lat. v.
Étant donné le sens de « amollir le pis de la vache en vue de la traite » attesté par le franco-prov. avezi, avazi, l'hyp. d'une simple dérivation de vache (BL.-W.5; FEW t. 14, p. 103) semble moins probable. Il est cependant hautement probable que le mot a été très rapidement rapproché de vache p. étymol. seconde.
STAT. — Fréq. abs. littér. :13.
BBG. — BÉL. 1957. — Canada 1930. — CHESN. 1857. — ÉD. 1967. — MACR. 1883. — SPR. 1967.

avachir [avaʃiʀ] v.
ÉTYM. 1395; du francique vaikjan « amollir », avec influence de vache.
1 V. tr. Rendre mou, flasque. Amollir, déformer, ramollir.
a (Concret). || L'usage, le temps a avachi ces pantoufles.
b (Abstrait). Rendre mou, veule. || Avachir qqn.Absolt. || L'inaction avachit.Fig. Priver de son énergie, de son entrain.
1 Il faut être jeune et vert. Il ne faut pas se laisser avachir.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, t. I, p. 265.
Au passif et p. p. ( aussi Avachi, adj.) :
1.1 À vau-l'eau le respect, la résignation, l'obéissance et le vieil honneur ! Tout est avachi, pollué, diffamé, mutilé, irréparablement destitué et fricassé, de ce qui faisait tabernacle sur l'intelligence.
Léon Bloy, le Désespéré, p. 115.
2 V. pron. || S'avachir. a Devenir mou, flasque. Affaisser (s'), aplatir (s'), déformer (se). || Ces souliers commencent à s'avachir.
b (Personnes). Fam. Être déformé (par la graisse, etc.). || Il s'est avachi. || Sa taille s'avachit (Académie).
Vx. (Abstrait). Se laisser aller. || S'avachir à ne rien faire. Relâcher (se), acagnarder (s').
2 (…) c'est (de ma part) paresse et négligence inexcusable (…) Je (…) ne cherche qu'à m'anonchalir et avachir.
Montaigne, Essais, III, 9.
Par ext. (Choses).Au p. p. :
3 (Ils) prosternent, cagneux, devant sa majesté,
Leur bassesse avachie en imbécillité.
Hugo, les Châtiments, VI, 5.
CONTR. Affermir, durcir, raffermir, raidir. Stimuler.
DÉR. Avachi, avachissant, avachissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avachir — AVACHIR. verbe. On ne l emploie qu avec le pron. personnel, S Avachir, Devenir lâche, mou, et sans vigueur. Il se dit plus ordinairement Des femmes qui deviennent trop grasses. f♛/b] On le dit Des étoffes, du cuir, d un habit. Cet habit commence… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • avachir — Avachir, Devenir lasche comme une vache, Lentescere, Frangi viribus ac debilitari, Usez des formules de Lasche, ainsi dit on d un homme qui est vuide de forces, c est une vache. Quand le langage d aucun s avachist, et devient lasche, Flaccessit… …   Thresor de la langue françoyse

  • AVACHIR — (S ). v. pron. Devenir lâche, mou, sans vigueur. Il est populaire et se dit surtout Des femmes auxquelles un excès d embonpoint fait perdre la fraîcheur et la vivacité de la jeunesse.  Il se dit aussi Des étoffes, du cuir, d un habit, lorsqu ils… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AVACHIR (S’) — v. pron. Devenir mou, sans vigueur. Il se dit des étoffes, du cuir, d’un habit, lorsqu’ils se déforment et s’affaissent par l’usage. Cet habit commence à s’avachir. Des bottes avachies. Par extension, Sa taille s’avachit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • avachir — S avachir. v. n. Devenir lasche, mol, & sans vigueur. Cet homme, cette femme s avachit. Il se dit aussi en parlant des choses dont la beauté est de paroistre bouffantes & enflées, & qui s applatissent en peu de temps. Ces rubans, ces estoffes s… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • avachir — vt. => Déformer. A1) s avachir, s affaler, s étaler, se laisser tomber, (dans un fauteuil) : s abozâ vp. (Épagny), R. Bouse …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'avachir — avachir (s ) (a va chir) v. réfl. Se déformer par distension, par relâchement, en parlant des chaussures, des habits, etc. Un habit qui commence à s avachir.    Populairement, se dit des personnes dont les formes grossissent et ne conservent… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • s'avachir — ● s avachir verbe pronominal être avachi verbe passif Perdre de sa forme, de sa fermeté, devenir mou : Un fauteuil avachi. S affaler : S avachir dans un fauteuil. Perdre tout dynamisme, se laisser aller : Un être avachi, sans réaction devant la… …   Encyclopédie Universelle

  • achir — avachir …   Dictionnaire des rimes

  • avachissement — [ avaʃismɑ̃ ] n. m. • 1851; de avachir ♦ Action de s avachir. État de ce qui est avachi. ⇒ ramollissement, relâchement. ● avachissement nom masculin Action de s avachir, fait d être avachi. avachissement n. m. état d une chose ou d une personne… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.